Chapeaux

Il y a une grande diversité de chapeau entre 1170 et 1210. Il existe une véritable mode extravagante voire ridicule parfois. Le chapeau est appelé chapel dans les textes. Les chapeaux sont portés aussi bien par les riches que par les classes populaires. Il faut cependant faire très attention au sens des statuaires ou des enluminures car le chapeau peut avoir une symbolique, qu’elle soit antique comme pour le bonnet phrygien par exemple, ou qu’elle soit religieuse comme pour le chapeau pointu pour symboliser les juifs.

Le cale, couvre-chef de toile qui sera très en vogue au 13ème siècle, fait son apparition à la toute fin du 12ème siècle mais reste encore assez rare à cette époque. On préfère porter des chapeaux de feutre. Pour les nobles, on retrouve généralement une calotte ronde avec parfois à son sommet une pointe ou une boule et qui peut être décorée comme nous le laisse imaginer certaines sources. Ensuite pour les paysans on retrouve une coiffe ronde avec des petits rebords, sans doute pour protéger du soleil lors du travail des champs par exemple. Il existe également d’après les figurations sur les statuaires des bonnets tricotés dont le tissage ressemble très fortement à du naalbinding. Le naalbinding est en sorte l’ancêtre du tricot et fut très en vogue chez les peuples scandinaves notamment. On peut donc voir que cette technique a perduré jusqu’au début du 13ème siècle, dont l’exemple le plus tardif de bonnet en naalbinding date de 1220.  


Source :


Psautier de Fécamp, France, vers 1180

 

Anglo-Catalan Psalter, Angleterre, 1200

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site